Il était une fois, le monde merveilleux de l’UX design…

parAnne-Sophie Prévostcatégorietendances

04 Jul 2016

vues9359

Source : userexperiencerocks.com

Ses habitants étaient heureux. Ils partageaient un langage commun, que nulle personne étrangère à ce monde ne semblait comprendre. Ils étaient tous unis dans un même but, mais avaient des noms différents : UX designer bien sûr, mais également UI designer, architecte d’information, ergonome, user analyste, ou encore design thinker… jusqu’au jour où les entreprises, de plus en plus intéressées par les résultats étonnants en provenance de cette contrée mystérieuse, voulurent en savoir plus… Design Innovation vous emmène à la découverte du monde de l’UX : voyage au coeur de l’expérience utilisateur.

LES CONCEPTS

  • UX vs UI

L’UX design est le design de l’expérience utilisateur. Il s’agit moins d’un métier bien défini que d’une dimension du design qui place l’utilisateur au centre des réflexions. L’utilisateur, c’est-à-dire l’humain, dans ses interactions avec une solution existante ou en devenir.

Il s’agit ainsi de concevoir l’expérience dans toutes ses dimensions, fruit des interactions entre l’humain (l’utilisateur) et son environnement (les interfaces des produits/services), des interactions homme-machine donc, mais également des interactions homme-homme. En bref, tout ce qui façonne l’expérience et crée de l’émotion chez l’utilisateur.

 

Ce sont ces interactions, qui forgeront l’expérience, qui font émerger la notion d’interface.

 

Cet article reprend une image de userexperiencerocks.com qui vous est proposé ci-dessus pour illustrer la différence entre l’expérience utilisateur (UX) et l’interface utilisateur (UI) :

« Tu reconnais sur le dessin ci-dessus un utilisateur lambda (User), qui va se servir d’un produit (Product = le vélo), équipé d’un guidon et de pédales avec une certaine apparence (UI). L’usage du produit par l’utilisateur produit une expérience. C’est l’expérience utilisateur. »

 

Le site www.uxisnotui.com a quant à lui listé les différences entre UX et UI :

 Différences UX-UI

Hé oui ! l’interface n’est qu’un des éléments à prendre en compte pour concevoir l’expérience utilisateur !

 

Pour être sûr de bien comprendre, la définition du design UX en un tweet par 16 professionnels est à retrouver ici .

 

  • Un élément essentiel de la création de valeur

L’enjeu de l’UX est de taille, car les entreprises et les marques se situent aujourd’hui dans une économie de l’expérience où elles doivent se soucier de la valeur créée et perçue pour et par l’utilisateur. Cette valeur découle de l’expérience de la solution proposée et des émotions qui y sont associées, en complément bien entendu de la qualité de l’usage effectif de la solution en réponse à un besoin identifié.

 

Selon Pierre Lannes de Fullsix France (Article source), le ressenti de l’utilisateur découle en réalité de 5 points essentiels pour un produit, service ou système :

- son accessibilité et son adaptabilité (selon le contexte, les caractéristiques et l’état de l’utilisateur) ;

- son utilisabilité (facilité à être compris, utilisé) ;

- son utilité (répond au besoin de l’utilisateur) ;

- sa désirabilité (capacité à séduire, à inciter…) ;

- sa crédibilité (des contenus, des offres, de la fiabilité…).

 

« Si les 3 premières caractéristiques relèvent de l’ergonomie, les 2 derniers points nous rapprochent des enjeux du marketing et de l’innovation : la proposition de valeur. »

 

  • Une expérience uniquement digitale ?

Il existe une tendance notable à réduire l’expérience de l’utilisateur à son interface, à confondre UX design et UI design, nous l’avons vu. De là découle également la tendance à réduire l’UX design à la sphère digitale, voire au web design. Or, cette philosophie UX et les “grappes de compétences” qu’elle représente concernent toutes les solutions à déveloper ou à optimiser, qu’elles entrent dans la sphère digitale ou physique. Nos parcours quotidiens sont fait d’expériences ! Aux designers de l’intégrer et de nous proposer une expérience optimale, ancrée dans l’usage de produits matériels ou immatériels.

 

Dans les faits, longtemps oubliés de par leur immatérialité, les services digitaux sont devenus le terrain de jeu par excellence de l’UX, ce que nous explique, entre autres choses, Vincent Hove, directeur conseil chez X-PRIME, dans cet article :

 

« l’UX n’est pas UNE discipline. Mais un ensemble de disciplines qui permettent, de concert, de résoudre un problème en offrant l’expérience la plus satisfaisante possible aux utilisateurs et aux clients mais aussi la plus vertueuse aux organisations. Les services immatériels/digitaux sont devenus de vrais produits. L’UX design est le fait de concevoir/designer ces produits digitaux (ou partiellement digitaux) en prenant en compte de nombreuses composantes : le sens, l’utilité, l’utilisabilité, le fonctionnel… Pourquoi parle-t-on alors d’UX design et pas simplement de design ? Parce que les utilisateurs et leurs « expériences » ont une importance prédominante pour les services digitaux. En effet, ces derniers n’existent souvent que si l’on s’en sert, si l’on interagit avec et ce à travers de nombreux point de contact et « moments » (à la différence d’un produit physique). Les services digitaux sont souvent des coquilles vides qui se remplissent, se nourrissent et tirent leur intérêt et leur puissance dans les interactions avec leurs utilisateurs. »

 UX

Dans le milieu du web, “UX designer”, “UI designer” (ou developer) et “Application Developer” travaillent ainsi de concert :

 

ALLER PLUS LOIN DANS L’EXPERIENCE AVEC LES DATAS ?

 

Beaucoup d’enjeux se situent aujourd’hui dans la collecte et l’analyse des datas, celles que les entreprises collectent sur leurs clients/utilisateurs, celles du big data.[1]

Ces données sont une source potentiellement très intéressantes d’information pour l’UX design. Elles peuvent permettre d’améliorer et de personnaliser les expériences des utilisateurs, d’optimiser leurs parcours, sur base de données objectives liées à leurs comportements passés et présents.

Le Big Data permet également partiellement la prédiction des besoins utilisateur, notamment dans la sphère digitale où les sites internet tentent de guider les utilisateurs vers des solutions avant qu’ils en aient exprimé le besoin, offrant ainsi des expériences d’achat personnalisées et optimisées. L’expérience est alors mise au service du marketing et de la vente !

 

Cependant, les données ont leurs limites, ou plutôt, elles ne suffisent pas. La compréhension de l’utilisateur, de son environnement, de son comportement, de ses émotions et de ses besoins reste primordiale et nécessaire pour lui créer de la valeur.

 

Les méthodes éthnographiques déjà utilisées en design de service et en design thinking pour comprendre les utilisateurs et entrer en empathie avec eux peuvent ici être d’une grande aide pour cette étape de “recherche utilisateur”. L’UX Designer doit en effet être capable de concevoir en se mettant à la place de l’utilisateur final de son produit/service, et dans l’idéal être dans un processus de co-création avec celui-ci.

L’UX designer joue également un rôle clé dans le management du projet et des équipes : il est le garant de la cohérence de l’expérience utilisateur et guide les équipes dans ce sens tout au long du projet.

 

Au-delà de ces aspects peut-être nouveaux pour certains, le design d’expérience utilisateur représente aussi parfois une façon nouvelle de travailler au sein des équipes projets, résolument pluridisciplinaires.

Si cela fait des années que les agences digitales utilisent des méthodologies comme SCRUM, ce sont les organisations en général qui donnent aujourd’hui une place de choix aux méthodes Agile.

 

 

Pour mieux connaître les « grappes de compétences » qui ont trait à l’UX design, Design Innovation a proposé à l’AMEF, le service d’Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation du FOREM, d’appliquer leur méthodologie « Abilitic 2 Pertorm » et donc de mener des ateliers prospectifs sur le métier de « Digital UX Designer» . Ceux-ci débuteront dès le mois d’août 2016. D’autres Centres de compétences et des professionnels du domaine prendront également part à ces travaux dont nous vous tiendrons bien entendu informés des résultats.

 

 

[1] Informations relatives au big data partiellement inspirées de cet article .

Partagez l'article
  • Facebook
  • Twitter
Aimez l'article

Commentez cet article:

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Derniers articles:

L’innovation de process et l’innovation organisationnelle vues sous l’angle du design

« Une innovation est la mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé (de production) nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques d’une entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures. » OCDE, Manuel d’Oslo : Principes directeurs pour le recueil et l’interprétation des données sur l’innovation, 3ème édition (2005)

Continuer la lecture

Articles les plus lus:

Le rôle de l'architecte évolue, entre technique et méthodes participatives

Le design participatif ("participatory design"), également plus communément appelé co-design, est une approche où tous les acteurs concernés par le projet sont impliqués dans le processus de conception. Si le design implique traditionnellement le commanditaire et les professionnels au cœur du projet (industriels sous-traitants par exemple), dans le design participatif le cercle est élargi, notamment aux utilisateurs, et tous sont légitimes pour impacter le projet. Mais cela concerne-t-il également l'architecture ou plus largement le design d'espace ?

Continuer la lecture

Articles de la même catégorie:

Le web design en 2017 : 5 tendances clés

Le web design évolue sans cesse. Depuis que Ruben Pieraerts, web designer et co-fondateur d'Alinoa, a commencé à créer sur le web (cela remonte maintenant à 20 ans), il a "remis plus de cent fois son ouvrage sur le métier". Tous les ans, de nouvelles tendances émergent. Certaines font progresser le métier, d’autres seront vite oubliées. En voici cinq qui, selon lui, marqueront l’année 2017.

Continuer la lecture

certifications

Partenaires