De l'importance du "bon" projet

parAnne-Sophie Prévostcatégoriedesign thinking/design de service

01 Mar 2016

vues5794

Dans les organisations, trop de projets se traduisent à terme par des échecs. Si le droit à l’échec est à développer, car il est source d’apprentissage et d’amélioration, celui-ci doit arriver le plus tôt possible, pour ne pas mettre à mal l’organisation. L’idéal est de comprendre au plus tôt s’il s’agit – ou non – d’un "bon" projet. Les méthodes du design thinking peuvent vous y aider.

Dans un schéma de conception linéaire et gouverné par le pilier technologique (cf schéma ci-dessus), les projets et développements initiés par la R&D sont au mieux invalidés en bout de course par le marketing car "ne répondant pas à un besoin du marché", au pire lancés à grand renfort de communication pour des budgets faramineux ainsi jetés par la fenêtre puisque le succès n’est pas au rendez-vous. L’idéal, direz-vous, est sans aucun doute de savoir au plus tôt quel projet "marchera" ?

 

Pour choisir le "bon" projet, optez pour un autre mode de management des projets, alors motivés par le besoin et la recherche utilisateurs. En d’autres termes, placez le pilier humain (la désirabilité) au premier plan. Donnez aux utilisateurs la faculté de vous transmettre les informations concernant leurs besoins conscients ou inconscients et soyez assuré que cela ne pourra que renforcer votre expertise et votre pertinence ! C’est même dans l’expression des besoins latents que le design thinking doit jouer toutes ses cartes.

 

Attention, choisir de développer le "bon" projet ne vous garantit pas pour autant de sa réussite ! La mise en œuvre du projet est tout aussi importante. Mais s’assurer de répondre à une problématique juste et justifiée est la première étape à franchir, comme l’affirme cette célèbre citation émanant du Design Council : « Design the RIGHT thing, THEN design the thing right ».

 

Le design thinking permet d’aborder les problèmes sous un autre angle, celui de l’utilisateur, et ainsi de reformuler la question initiale. Il s’agit d’une véritable redéfinition créative des problèmes. Comme l’explique Christophe Rebours[1] dans cet article, la question de départ pour concevoir la « bonne chose » est « pour qui ? ». Tâche ensuite à chacun (et notamment aux designers) de concevoir la meilleure solution possible pour répondre aux besoins identifiés. Pour Olivia Lisicki, « c’est le point le plus puissant » du design thinking.

 

Dans son processus itératif, le design thinking fait intervenir des phases de divergences puis de convergence, respectivement appliquées à la définition du problème puis à la conception de la solution. Ces méthodes itératives évitent de se focaliser sur le mauvais problème ou la mauvaise solution, en envisageant l’étendue des possibles et en développant une vision globale de la situation.

Le schéma ci-dessous, créé par Jasper Liu, Lead UX architect chez ICF International, représente efficacement l’intégration de ces méthodes au sein du processus design thinking.[2]

Schéma processus design thinking

Cet article est en grande partie issu du premier chapître de notre livre blanc “Manager ses projets et son organisation avec le design thinking”.

En attendant, nous vous invitons à suivre notre veille Design thinking.

 

[1] A retrouver ici : http://www.christophe-rebours.com/avant-jetais-designer/

[2] Pour découvrir sa réflexion à ce sujet : https://medium.com/@JasperLiu/visualizing-the-4-essentials-of-design-thinking-17fe5c191c22#.nq3dg39iz

Partagez l'article
  • Facebook
  • Twitter
Aimez l'article

Vous aimez cette thématique:

icône de la formation:

Initiation au Design Thinking - Adoptez le point de vue de l'usager !

Comment mieux répondre aux besoins des usagers et leur faire vivre une expérience inoubliable ? Grâce au design de service/design thinking !

Découvrir la formation
icône de la formation:

Concevoir responsable : du design thinking au design circulaire

Le Circular Design a pour but d’inscrire la conception de projets, produits ou services en créant le moins de déchets possible. L’objectif de cette formation est d’outiller les participants pour qu’ils puissent mener leurs projets de conception depuis la problématique de départ jusqu’à la mise en œuvre de la solution au service d’une croissance durable, sur le plan économique, social et environnemental.

Découvrir la formation

Commentez cet article:

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Derniers articles:

Une semaine de Design Sprint à distance réussie autour du Slow Food carolo !

Début juillet, Design Innovation a organisé une semaine de Design Sprint sur la thématique du Slow Food à Charleroi ! 8 participants ont rejoint l’aventure pour une formation complètement à distance. Retour sur cette belle initiation avec des invités de marque !

Continuer la lecture

Articles les plus lus:

Le Gamestorming, ou innover par le jeu

« La créativité, c’est pour les artistes, les inventeurs… Nous, nous faisons du business ! » Heureusement, nous n’entendons pas – ou plus – ce genre de commentaires. Aujourd’hui, les dirigeants et autres managers ont pris conscience de l’atout que représente l’intégration de la créativité à leur process, à leurs projets, à leur organisation, en vue d’innover. Pour autant, avoir confiance en son potentiel créatif et le stimuler n’est pas toujours facile au quotidien. Les techniques faisant appel aux mécanismes du jeu se révèlent dans ce cadre particulièrement efficaces.

Continuer la lecture

Articles de la même catégorie:

Une semaine de Design Sprint à distance réussie autour du Slow Food carolo !

Début juillet, Design Innovation a organisé une semaine de Design Sprint sur la thématique du Slow Food à Charleroi ! 8 participants ont rejoint l’aventure pour une formation complètement à distance. Retour sur cette belle initiation avec des invités de marque !

Continuer la lecture
 Abonnez vous à notre newsletter

certifications

Partenaires